GARAGE ONDET - 02 47 26 87 51

14 Rue de la baronne 37260 Thilouze - Mardi au Vendredi 8h-12h/14h-18h et Samedi 8h30-12h/14h-17h - Fermeture Lundi
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 LAMBERT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Garage Ondet

avatar


10112010
MessageLAMBERT


La firme Lambert fut fondée par Germain Lambert en 1926 à Mâcon. Ce passionné d'automobile avait commencé à s'occuper dès le début des années 20 de réparation et de mécanique automobile, avant de dessiner et fabriquer lui-même d'ingénieux véhicules. En 1926, il conçoit ainsi une voiturette de 5CV (type A) dotée d'une suspension révolutionnaire à quatre roues indépendantes. Cette technique répondait en fait fort logiquement à l'état de délabrement du réseau routier à cette époque.

Mais ce principe fut jugé par les spécialistes trop avant-gardiste, et le succès du modèle ne fut pas au rendez-vous. Cette voiturette fut baptisée « Sans Choc », rappelant le nom de la « Sans Secousse » de Cottin-Desgouttes, qui avait été présentée en 1925 et qui était dotée elle aussi de quatre roues indépendantes. La Cottin-Desgouttes n'avait elle-même connu qu'un succès d'estime. Pour la Lambert, pas une seule commande n'avait été signée…

Désabusé, Germain Lambert renonce à poursuivre son aventure et vend son atelier. Il devient alors directeur du Grand Garage Moderne à Mâcon, avant de travailler comme vendeur chez plusieurs constructeurs. En 1931, il revient à sa passion première, et conçoit une nouvelle traction avant de 6CV (type B), toujours dotée de la suspension à quatre roues indépendantes. Ce modèle « Sans Choc » traction avant est conçu trois ans avant la première Citroen dotée de la traction avant et des quatre roues indépendantes.


La presse commence alors timidement à s'intéresser à ce petit constructeur, mais les solutions techniques nouvelles (le modèle est ainsi équipé d'un moteur avec soupapes en tête) rebutent encore la clientèle. Germain Lambert décide à ce moment de changer de stratégie (alors qu'il n'a toujours pas vendu une seule voiture…) et de s'attaquer à la voiturette populaire, un marché qu'il estime plus lucratif. En 1934, il crée le type C, qu'il baptise « Baby Sans Choc », sorte de voiturette de la crise. Le monde était en effet plongé depuis octobre 1929 dans une crise économique durable et profonde.

Ce modèle de 2CV, pourtant intéressant à bien des égards, ne recueillera que quelques commandes, tout à fait insignifiantes pour rentabiliser l'affaire. De nouveau déçu, Germain Lambert part s'exiler à Giromagny, près de Belfort. La guerre de 1939/1945 lui permet de revenir une nouvelle fois sur le devant de la scène, car en cette période de pénurie de carburant, il se met à fabriquer avec pertinence des petits véhicules électriques. Après la guerre, il décide de fabriquer un modèle de luxe à vocation sportive et de petite cylindrée, un créneau oublié par les constructeurs français depuis l'arrêt des Georges Irat à la fin de l'année 1939.


C'est en 1947 que sort la nouvelle Lambert à moteur 6CV. Elle reprend la technique des quatre roues indépendantes, mais la traction avant a été abandonnée. Malgré d'indéniables qualités, cette voiture ne reçoit aucune commande et deviendra la voiture personnelle du constructeur. Alors que d'autres auraient déjà définitivement jeté l'éponge, Germain Lambert persiste et conçoit en 1949 une voiture spécialement étudiée pour la course, dotée du même moteur 6CV que le modèle de 1947, et d'une carrosserie en aluminium. Ce nouveau modèle parvient à gagner quelques courses au début des années 50, et Lambert en dérive une version client (type CS) qui peut dépasser les 140km/h.

Enfin, les commandes affluent. Malheureusement, le constructeur s'était surendetté (réalisation des différents modèles et participations aux compétitions) et une liquidaton judiciaire est prononcée, juste au moment où l'affaire pouvait enfin décoller. Tous ses biens sont alors mis aux enchères, dont les voitures construites ou en cours de fabrication. En 1953, Germain Lambert décide de tout arrêter, peut-être pour ne pas forcer le destin, laissant ainsi le champ libre aux firmes DB et Alpine, qui commenceront à commercialiser avec succès de petits modèles sportifs à partir des années 1954/1955.

Garage Ondet
Revenir en haut Aller en bas
http://garage-ondet.forumactif.com
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

LAMBERT :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

LAMBERT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GARAGE ONDET - 02 47 26 87 51 :: HISTOIRE AUTOMOBILE FRANCAISE-
Sauter vers: